Marketplace et les sites de seconde main: comment ne pas se faire avoir?


CONSEILS & TENDANCES / mardi, mars 5th, 2019

Décorer une pièce, quelle que soit l’occasion ou l’envie, peut s’avérer très onéreux. Il y a déjà plus d’un an, alors que j’emménageais dans mon premier appartement « à moi », j’ai fait face à ce dilemme: comment avoir le beurre et l’argent du beurre – de la belle déco, sans me ruiner? C’est comme cela que j’ai commencé à chiner, tout simplement, mais pas seulement en allant sur des brocantes ou dans des magasins de seconde main: grâce à Internet, nous avons accès à de nombreux sites nous permettant d’entrer en contact avec des acheteurs: Facebook Marketplace, 2ememain.be, QueFaire.be, et de nombreux autres. Mais les arnaques sont fréquentes sur ces sites… Aujourd’hui, je vous partage quelques conseils que j’ai pu développer à partir de mon expérience!

Mais d’abord, quelques photos des jolis objets que j’ai pu dégoter:

Cependant, à côté de ces bonnes expériences, j’en ai eu de moins bonnes… voici donc 10 conseils à suivre quand on achète en seconde main par internet.

1. Méfiez-vous des photos

Quand on voit ce beau vase, en gros plan sur son écran, on ne voit pas forcément qu’il ne fait en fait que 15 cm de haut. 

  • Si les informations sur la taille réelle de l’objet ne sont pas claires, demandez-les au vendeur. 
  • Si la ou les photos ne montrent pas tout l’objet, ou que le vendeur mentionne « quelques griffes », n’hésitez surtout pas à demander des précisons! 
  • De préférence, attendez de voir l’objet avant de l’acheter, et réservez-vous le droit de dire non s’il ne vous convient pas. La majorité des vendeurs que j’ai rencontré étaient tout à fait ouverts et ne considéraient pas ma venue comme une garantie de vente, mais il est bon de prévoir le coup en disant que vous préférez voir avant d’acheter!

2. Vérifiez les prix

L’une de mes erreurs les plus bêtes? D’avoir acheté à 5 euros un séchoir… qui en vaut 4,99 chez Ikea. Ou comment acheter de la seconde main au prix du neuf. Bon, dans ce cas, il reste que j’ai éviter d’en faire produire un de plus… mais cela peut être bien plus grave. 

  • N’hésitez pas à faire des petites recherches, notamment si cela ressemble à du Ikea… pensez bien que certains vendeurs pensent gagner de l’argent avec leurs ventes, et ont intérêt à vous faire payer un maximum… Ce n’est pas toujours le cas cependant, et vous trouverez des merveilles à prix réduit, si vous savez bien chercher et surtout… avoir de la patience.
  • Si vous souhaitez négocier, n’hésitez pas non plus à proposer un prix au vendeur, mais sachez qu’au vu de la demande, surtout sur de belles pièces – je pense notamment, dernièrement, aux enfilades scandinaves qui se vendent assez cher – , les vendeurs arriveront probablement à vendre leur produits au prix indiqué. Cependant, si vous avez repéré un objet qui vous plait mais dont le prix est trop élevé, vous pouvez toujours revenir voir quelques jours ou semaines plus tard s’il est toujours en vente… cas auquel le vendeur pourrait être plus enclin à baisser son prix.
  • Prenez en compte l‘état général de l’objet: s’il est abîmé, vous pourrez peut-être faire valoir ceci. Aussi, n’hésitez pas non plus à bluffer – « J’en ai vu un moins cher mais le vôtre me plait plus… est-ce que vous envisageriez de réduire le prix? »
  • Enfin, et ceci reviendra plus bas… votre capital sympathie est essentiel pour le vendeur. Je suis parvenue à obtenir certaines pièces moins cher, alors que des offres (visibles) étaient clairement plus basses que la mienne, parce que j’avais pris le vendeur par les sentiments – et ce sans bluff… 

3. Vérifiez l’adresse

La commune ou région indiquée dans l’annonce n’est pas toujours l’adresse du vendeur. Pensez à demander des précisions avant de considérer réellement votre déplacement… Cela peut être un choix de faire de nombreux kilomètres pour aller chercher des objets de décoration – je parle d’expérience, certains coups de coeur ne s’expliquent pas – mais c’est à évaluer avant de fixer un rendez-vous.

Pour ma part, j’ai plusieurs fois sous-estimé les temps de parcours entre différents vendeurs – j’en rencontrais plusieurs à la suite! – ce qui m’a causé beaucoup de stress. Pensez donc bien à vérifier l’adresse.

4. Méfiez-vous du « faux vieux »

Le « faux vieux », c’est le nom que je donne à ces milliers d’objets « vintage » qu’on peut trouver sur les sites de vente… Faites le test: tapez « vintage » dans la barre de recherche, et vous tomberez sur tout sauf du « vrai » vintage, qu’on associe souvent à du design. Nonobstant les questions de définition de ce terme, tout ce qui est « Louis XVI », « Style Napoléon », tout ce qui est « antique » alors que clairement on est sur du XXième siècle… méfiez-en vous!

Si vous souhaitez un vrai meuble antique, sincèrement, allez chez un antiquaire qui vous fournira un document de conformité. Et n’oubliez pas que le XIXème siècle a vu un foisonnement de meubles historiciste – soit des meubles similaires à ceux de la Renaissance et de l’époque Baroque – qui sont donc, bien qu’assez anciens, moins exceptionnels que de « vrais » meubles d’époque. Ces-derniers ont trop peu de chance de se trouver par magie sur un site de vente de seconde main…

En tout cas, en la matière, quand cela semble trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est. Pensez bien qu’un vrai meuble design trouvera plus facilement sa place dans un magasin spécialisé que sur Facebook Marketplace.

5. Payez en cash

Sauf exception, préférez les paiement cash, de main à main, et au moment de l’achat. Et j’étend encore ce conseil pour vous conseiller de privilégier l’achat en face à face plutôt que l’achat par envoi postal. Histoire d’éviter les éventuelles déceptions. Je n’ai qu’une fois procédé par envoi postal, pour une somme de 10 euros… Mais ce moyen d’envoi n’est pas toujours fiable. Le face à face est clairement à recommander. En plus, vous avez un contact humain, et ça ne fait jamais de mal.

Avec les apps de paiement en ligne, vous pouvez aussi proposer au vendeur de lui faire un virement direct avec votre application bancaire – ce que j’ai testé: on montre la preuve de virement au vendeur, et on est parti. Pour ceux qui comme moi, n’ont pas toujours de cash sur eux… Sachez reconnaitre les arnaques: une personne qui exige le paiement de l’objet avant que vous vous déplaciez, pour le « réserver » n’est pas normal; et cela ne vaut pas la peine de prendre de risque.

6. Soyez sûr de la faisabilité des rénovations

Si vous avez bien suivi le premier conseil de cette liste, vous devez avoir une bonne connaissance de l’état de l’objet… et vous savez donc s’il vous faudra le rénover. Et là, je vais vous donner un conseil que j’ai moi-même du mal à suivre: à moins que vous soyez passionné d’ébénisterie, restaurateur en herbe, très patient ou avez beaucoup de temps devant vous… évaluez bien la charge de travail que consiste votre achat!

S’il s’agit d’un nettoyage, d’un polissage, d’apposer une couche de vernis, pas de soucis. Mais comme moi, vous vous dites que vous allez tout ponçer, vernir, ou peindre… il se peut que votre meuble ne soit pas utilisable avant plusieurs mois. Pensez bien les éventuelle rénovations avant l’achat… ou mieux! Acceptez votre nouveau meuble tel qu’il est… Il y a un charme à un meuble ou un objet imparfait, ancien, émaillé. 

7. Soignez votre réputation

Sachez que sur les plateformes en ligne, la confiance que les vendeurs ont en vous est essentielle. En principe, vous avez une page personnelle, où les vendeurs peuvent vous « évaluer » – et réciproquement. Vous avez tout intérêt à avoir de bonnes « notes » et commentaires sur cette plateforme… Certains vendeurs ont eu une mauvaise expérience par le passé, et voudront être sûrs, par exemple, que vous viendrez bien à l’heure dite, et que vous paierez le montant convenu… Plusieurs points donc:

  • Si vous avez un empêchement, prévenez la personne avant et le plus tôt possible – évitez ainsi qu’elle soit bloquée chez elle un samedi, en vous attendant, par exemple
  • Soyez évidemment toujours poli; un bonjour et un merci sont toujours appréciés… et comme je l’ai dit plus haut, les vendeurs choisissent parfois leur acheteurs… Pour avoir moi-même été vendeuse, je sais que les personnes désagréables, même si elles m’avaient contacté en premier, n’auraient pas ce que je proposais à la vente. Pensez que lorsqu’on vend un objet auquel on a peut-être tenu, on préfère le voir entre des mains amies.
  • N’hésitez pas à recommander certains vendeurs, si votre expérience est positive; ils vous le rendront sûrement!
  • Mais surtout… tenez TOUJOURS votre parole.

8. Utilisez les bon filtres et mots de recherche

  • Evitez les noms d’essence de bois, les couleurs, les matériaux… malheureusement, certaines personnes les confondent
  • Adaptez-vous aux noms qui est donné aux choses, même s’il n’est pas correct: vous trouverez de nombreux « fauteuils » qui sont en fait des « divans » et un très grand nombre de « tables » qui peuvent clairement servir de « bureau »
  • N’ayez pas peur de devoir passer sur des dizaines d’offres tout à fait inintéressantes, tout ça parce que vos mots clés ne sont pas très nombreux ou précis… pour ma part, j’ai parfois trouvé des merveilles en tapant simplement « miroir »… des beautés que je n’aurais pas pu voir si j’avais choisi de taper « miroir biseauté ». Tout cela dépend évidemment de l’algorithme du site choisi… mais il faut pouvoir brasser large, pour trouver.

9. Ne négligez pas le temps que cela prend

Ce conseil est l’un des plus importants de cette liste: il est rare que j’aie acheté plusieurs objets chez le même vendeur. Ainsi, chaque objet peut nécessiter un trajet à lui seul. J’insiste à nouveau sur l’importance d’une bonne gestion du temps si plusieurs vendeurs doivent être rencontrés un même jour. Aussi, ne négligez pas le temps nécessaire passé à envoyer et répondre aux messages des vendeurs… Clairement, l’achat sur des sites de seconde main fait gagner de l’argent – et du style, si l’on m’en croit – mais certainement pas du temps!

10. Prenez en compte tous les coûts

Comme je viens de le noter, l’achat en seconde main est chronophage. Il implique de pouvoir se déplacer aisément. Pensez donc à bien évaluer les différents coûts, qu’ils soient monétaire – prix de l’essence, de la location d’une voiture si vous n’en possédez pas, de la rénovation de l’objet s’il a besoin d’un petit coup de jeune – mais aussi du temps que tout cela vous prendra.

Rideaux et coussins assortis; 50 euros le tout

L’achat en seconde main en ligne est un jeu qui peut, si vous vous y prêter, vous rapporter de très belles pièces à mettre dans votre intérieur. Mais il implique aussi de potentiels coûts, à évaluer. J’espère qu’avez mes conseils, vous pourrez aborder l’achat en seconde main ligne de façon la plus sereine que possible… Et si vous avez une mauvaise expérience, dites vous bien que cela fait partie du jeu, et que c’est un apprentissage, pour la partie suivante. N’hésitez pas à partager vos expériences, bonnes ou mauvaises. En attendant, bon amusement!

Une réponse à « Marketplace et les sites de seconde main: comment ne pas se faire avoir? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *